Elfes, le JdR plug & play [chronique]

Une boîte d’initiation. Medfan. Sur la série de BD Elfes.

Wow.

Mais comment ai-je fait, moi, pour me retrouver avec ça entre les pattes à chroniquer pour le Fix ?

Je pratique le JdR depuis au moins… oulah, le temps passe vite. Je ne suis pas très à l’aise avec le medfan classique canal dungeonverse. Et, pour couronner le tout, je suis si peu expert en BD que je je n’avais même jamais entendu parler de la série Elfes (qui compte quand même… une trentaine de volumes sans même parler de ses spin off !) avant l’annonce de son adaptation en BD par BBE.

Voilà. On va dire que je n’étais pas vraiment dans le cœur de cible, quoi.

Et pourtant, je l’avoue : je suis séduit. Une séduction un peu étrange. Un peu sale même. Genre la relation que l’on n’assume pas trop mais dont on tire quand même du plaisir, vous voyez ?

Il faut dire que l’actualité du JdR m’a conduit ces derniers mois à me pencher plus souvent qu’à mon tour sur ce véritable phénomène des boîtes d’initiation et autres kits de découverte physiques qui sortent désormais à flux tendu des laboratoires de nos éditeurs. Au point que je peux désormais affirmer avec le recul nécessaire que celle-ci, de boîte d’initiation, elle touche sa bille.

Bon, bien sûr, comme d’habitude, à l’ouverture de la belle boîte en carton épais et brillant, on a le petit effet wahou qui va bien, c’est vrai. Mais, on commence finalement à s’y habituer et, au final, le contenu de celle-ci n’est pas aussi impressionnant que celui des boîtes Chroniques Oubliées Cthulhu ou Alien, par exemple. Cela dit, ils sont venus, ils sont tous là : un livret, des planches de pions cartonnés avec des PJ et des monstres (avec leurs socles en plastique), une surface effaçable à sec recto-verso, un écran du MJ souple en quatre volets, un bloc de feuilles de personnage vierges, un set classique de six dés, cinq feuilles de personnage pré-tirés et, enfin, un bloc d’aides de jeu pour le MJ. Clairement, il n’y a pas à discuter : vous en avez pour votre argent.

Pourtant, ce qui intrigue dans cet inventaire à la Guiserix, c’est le livret. Je dis bien LE livret. Là où la plupart des concurrents proposent un lot (en général 3) de livrets, là, il n’y en a qu’un. Et, qui plus est, il ne fait que 80 pages. Quand on songe aux quasi 200 pages des différents livrets de la boîte Monstres chez le même éditeur, on se demande quand même si on ne moque pas de nous, là.

Mais, en fait, non.

Ce livret est vraiment très bien fichu. On peut le qualifier de 0 % bla-bla : que du truc à jouer. Les règles, les 4 scénarios et… bah… voilà, quoi, on s’assoit et on joue.

Surtout, la boîte dans son ensemble est bien conçue pour éviter les redites : les prétirés sont sur les fiches à part, l’écran présente les tables utiles et, surtout, les plans et les fiches de PNJ nécessaires aux scénarios sont tous dans un bloc de tirés à part à détacher et à présenter aux joueurs le cas échéant.

Bien sûr, ce parti-pris plug & play n’est pas sans défaut. Le principal est quand même qu’on peine à percevoir ce qu’est l’univers de Elfes, en fait. Une carte jolie mais lambda et… deux pages de background ! Le reste de la Elfes touch, on ne le perçoit qu’à travers des prétirés, des voies culturelles, les scénarios et quelques autres détails distillés ça et là. Je suppose que la boîte s’adresse surtout aux fans de la série. Là, en l’état, j’y vois l’équivalent d’un dungeonverse ultra-classique. Juste qu’on y trouve un nombre anormalement élevé de gros elfes bien balèzes mais sinon…

Cela dit, là aussi, ce pari discutable me semble une réussite. Il était vain d’espérer présenter l’univers d’une telle saga à rallonge dans une boîte d’initiation. Celle-ci s’adresse soit aux fans, qui n’en ont pas besoin donc, soit à ceux qui cherchent juste un petit jeu medfan classique facile à mettre en œuvre et qui ne coûte pas un bras. Et eux, du moment qu’ils y retrouvent leurs petits avec des elfes, des nains, des dragons et tout, bah, ça leur suffit. Ça joue, quoi.

Moi, je me suis donc projeté dans la peau des seconds et c’est ce qui m’a aidé à apprécier tout particulièrement cette boîte. J’ai l’impression que pour proposer une mini-campagne medfan très traditionnelle mais solide à des joueurs débutants, genre des ados ou des amis gamers un peu curieux, c’est le meilleur choix du marché. Et j’ai envie de dire : Elfes ou pas Elfes, peu importe. Les règles sont éprouvées et viennent ici dans une version assez épurée sans rajouti-rajouta. Le matos est beau et agréable. Surtout, les 4 scénarios, ultra-classiques il est vrai, sont très efficaces, proposant une succession de grands classiques indémodables (intrusion, enquête dans un village bizarre, donjon des familles et, enfin, course poursuite) que tout pratiquant d’un jeu vidéo type Baldur’s Gate, Dragon Age ou cie retrouvera avec plaisir autour de la table, entre amis.

Côté MJ, c’est le grand luxe. La rédaction des scénarios est claire, toutes les données techniques sont prévues et exposées, il y a un plan couleurs à distribuer aux joueurs pour CHAQUE situation qui l’exige, il y a une fiche détachée avec le résumé des 5 PJ prétirés, TOUS les PNJ ont une fiche détachable avec des cases à cocher pour leurs PV et tout, etc. Je n’irai pas jusqu’à prétendre que cela convienne pour de l’auto-initiation car, au final, les scénarios ne sont pas si simples que cela à mettre en œuvre (l’enquête est en bac à simple et la course-poursuite finale possède à la fois son propre mini-jeu pour la gérer et son twist final pour la rendre palpitante) mais un MJ un peu expérimenté aura l’impression de mener en charentaises. Cela fait du bien, parfois.

Voilà. Encore une fois, est-ce que cette boîte fait bien son job d’introduction à l’univers Elfes ? Pfffff, aucune idée. Désolé.

En revanche, si vous cherchez un JdR très traditionnel, aussi bien dans ses règles que dans sa proposition de jeu qui permette de faire jouer une mini-campagne en quatre scénarios (et plus si affinités) avec un grand confort de rédaction et de matériel, le tout pour un prix raisonnable, je crois que vous venez très exactement de trouver ce qu’il vous faut. Et, quand on y pense, donner envie de se mettre autour de la table sans plus tarder, n’est-ce pas finalement tout ce qu’on demande à ce genre de boîte ?

3 pensées sur “Elfes, le JdR plug & play [chronique]

  • 22 janvier 2021 à 16:08
    Permalink

    Hello ! Merci (ou pas) pour cette critique : n’étant pas non plus le « cœur de cible » j’avais complètement survolé cette sortie sans sourciller…
    Du coup, à cause du FiX, je deviens curieux de cette boite. Etant déjà possesseur de celles de Chroniques Oubliées Fantasy, je me pose quand même une question. Le système est-il 100% compatible (peut-on mixer les personnages d’une boite avec ceux d’une autre ?) ou bien les différences sont-elles trop marquées ?
    Merci !

    Répondre
    • 23 janvier 2021 à 10:05
      Permalink

      Hélas, je ne saurais te répondre. Comme je l’explique dans l’article, je suis trop peu spécialiste de ce système et de ses déclinaisons. Désolé.

      Répondre
    • 28 janvier 2021 à 21:30
      Permalink

      De ce que j’ai compris, les personnages des terres d’Arran étant moins stéréotypés, il n’y a pas de classe fixe, mais on crée un profil en choisissant et mélangeant 3 voie. N’ayant pas encore acheter la boite, je peut pas te dire à quelle point les voie ont été modifié, mais j’imagine que niveau magie il doit y avoir déjà pas mal de changement (d’après la BD)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *