Une indicible stratégie

Bon, ces derniers jours, ce n’était pas toujours évident de trouver des choses positives et pleines d’empathie à propos des difficultés rencontrées par les Éditions Sans-Détour dont on connaît les risques d’accident industriel avec les conséquences négatives que l’on peut imaginer sur le petit monde de notre loisir.

Tenez, il y a eu le coup de la mauvaise date de fin de ventes des produits sous licence Chaosium. Comme des benêts, nous avons nous aussi ébruité cette date butoir du 05 mars ; date à laquelle SD avait affirmé ne plus avoir le droit de vendre des produits AdC. Or, pour avoir lu les communiqués de Chaosium, ça aurait du faire tilt : l’éditeur américain n’a jamais parlé d’une autre date que fin mars. Fun fact : SD ne lit pas attentivement les communiqués qui concernent son propre avenir commercial. Chaud, quand même. Cela dit, pour vous, cela veut dire qu’il vous reste finalement 15 jours pour acheter ce qui vous maque, par exemple si Macbesse vous a convaincu d’investir dans des livres Contrées des Rêves.

Il y aussi eu cette annonce chelou d’une toute nouvelle activité pour SD : l’occaze. Et vous savez quoi ? Ce sont les gentils clients venus à leurs braderies qui leur ont donné l’idée. Ben voyons. Rappelons qu’avec Ludikbazar, une bonne partie des gens de SD doivent quand même avoir une vision assez claire du marché de l’occasion ludique. Et, vu la fin de l’aventure, pas forcément une vision très reluisante, d’ailleurs.

Bon, là, les affaires semblent reprendre. A défaut d’avoir un plan audacieux de relance et/ou une communication cohérente, SD a décidé de faire comme si que rien en annonçant une prochaine précommande pour la VF de Cultos Innombrables. Comme si de rien n’était puisque le jeu était officiellement au planning de SD depuis environ 2 ans comme en témoigne cet article de nos pommes qui faisait, à l’époque, le point sur le planning de Sans-Détour : http://lefix.di6dent.fr/archives/2326

Ouch, il fait un peu la tristitude cet article quand on compte le nombre de projets annoncés et ajournés : Les Tribus Oubliés, Aventures, la boîte d’initiation AdC (avec la couv’ qui va bien), la VF de Mutant Chronicles, celle du Conan de Modiphius, la suite de Byzance 800, etc. Décidément, il y a bien quelque chose d’indicible dans la stratégie de ces deux dernières années de l’éditeur.

Bon, retour vers le futur donc pour SD avec cette précommande – a priori PAS participative – de sa traduction du jeu de NoSoloRol pour jouer des cultistes adorateurs des Grands Anciens en lutte contre les investigateurs. C’est moi où ça fait une curieuse mis en abyme des déboires éditoriaux de SD, ça ?!

Rebaptisé Cultes Innomables, le livre de base de la VF semble être bien avancé si on en croit les images qui émaillent cet article.

 

Dans ce livre de base d’environ 300 pages, vous trouverez une version adaptée du système générique maison, Hitos (oui, celui publié chez La loutre rôliste, ‘faut suivre), une présentation détaillée des mythes de Cthulhu aujourd’hui (pas d’années folles, donc), des exemples de cultes mais aussi deux aventures complètes prêtes à jouer.

En espagnol, la gamme compte déjà un écran du MJ ainsi que trois suppléments : Fundido en blanco, un cadre de jeu centré sur la riante contrée du Nouveau-Mexique, et les deux parties de Postnomicon, des recueils d’aventures. Espérons que, cette fois-ci, SD se lancera sans attendre dans le suivi de cette gamme.

4 pensées sur “Une indicible stratégie

  • 22 mars 2019 à 12:14
    Permalink

    Le couv’ est très raccord avec Plenilunio. Ce n’est pas dans l’occas’ que SD semble se recycler, c’est dans l’eroguro soft.

     
  • 22 mars 2019 à 17:16
    Permalink

    Cultos Innombrables n’a que deux suppléments : PostNomicon 2 n’est pas encore sorti.

     
    • 23 mars 2019 à 08:38
      Permalink

      Certes mais il est au programme de NoSoloRol et cette partie de l’article parle de la manière dont SD pourrait se positionner sur cette gamme à l’avenir.

       
  • 22 mars 2019 à 17:27
    Permalink

    Une femme dénudée, des tentacules… entre la subtilité et la voie obscure du racolage… il semblerait que le choix fait est évident 😉

    Jamais un éditeur n’aura porté un nom si raccord^^

     

Commentaires fermés.