LETO veut devenir Darkmaster à la place des Darkmasters

Vous le saviez déjà, fidèles lecteurs du Fix : Les Editions du Troisième Oeil se lance dans l’aventure d’une VF au jeu Against the Darkmaster. Rappelons au cas où qu’il s’agit d’un jeu assez old school, le rétro-clone du système de JRTM (et donc peu ou prou du fameux Rolemaster aussi) mais sans le contexte lié au Seigneur des Anneaux.

Et rappelons aussi qu’il s’agit d’un projet pas forcément gagné d’avance. Certes, la nostalgie suffit en général à faire vendre ce genre de projet mais là on parle quand même d’une niche. Disons poliment que le système de JRTM n’avait pas à l’époque que des fans, quoi… Souvent, la seule raison de l’utiliser était qu’il s’agissait du seul jeu officiel lié à la Terre du Milieu de Tolkien. Alors, forcément, la proposition de Against the Darkmaster a de quoi surprendre.

De plus, il s’agit d’un livre de base énorme (environ 600 pages) et LETO ambitionne qui plus est d’ajouter en VF ce qui manque au seul jeu de base : un contexte et des aventures. Et même : des contextes et des aventures.

Comme LETO aime la difficulté, l’éditeur a décidé de se rajouter une tâche dans sa to do list à cette occasion : lancer sa propre plate-forme de foulancement. En effet, la souscription pour ATD ne se déroule ni sur Ulule, ni sur Game on Tabletop mais directement sur le site de l’éditeur. LETO justifie cette nouveauté de la façon suivante :

Ce choix audacieux vise à centraliser l’activité et à offrir une meilleur prestation sur la communication et le traitement des expéditions, mais aussi à préserver les fonds récoltés pour les investir dans le jeu.

Un choix intéressant, donc, qui ne peut aller que vers ce que nous estimons depuis longtemps ici : il est quand même curieux que des éditeurs ambitieux laissent un autre éditeur (quand les foulancements se déroulent sur Game on Tabletop qui appartient à BBE) avoir accès à leurs chiffres, secrets de fabrication, réseau de clients, etc. On peut supposer qu’il s’agit là d’une tendance sur le long terme et il ne serait pas étonnant à nos yeux que d’autres éditeurs finissent par se doter de leur propre plate-forme de financement.

Pour le reste, le foulancement débuté depuis quelques jours est assez classique. Le gros du travail est évidemment d’assurer la production de la VF du monumental livre de base dont on nous promet qu’il sera livré en PDF dès la fin de la souscription. A noter aussi que vous pouvez vous contenter de l’offre numérique. Et oui, quand on fait sa propre plate-forme, on essaie de faire les choses bien.

Il y aura aussi un écran du MJ accompagné de son livret. 6 personnages prétirés font aussi partie des paliers. A noter que – old school toujours – l’excellent Rolland Barthélémy (Rêve de Dragon, Wastburg, Casus Belli, etc.) a été embauché dans l’équipe de la VF. Le maître se chargera ainsi de l’illustration de l’écran et de ces prétirés.

Surtout, cette VF devrait d’emblée se doter d’une gamme avec la volonté, en cas de succès, d’assurer la publication de pas moins de trois suppléments de contexte et aventures à utiliser directement avec vos tables de manœuvres, de coups critiques, listes de sorts et tous ces petits délices de l’Open D100. On devrait ainsi avoir :

  • Aventures classiques (des traductions de modules d’aventures VO, et des aides de jeu jusque là inédites – même en VO) : il s’agit des VF de Ombres sur les Bois du Nord, Silence sur Dawnfell et Sang & Héritage.
  • Vainola, la saga du Sombre hiver, une création originale signée Nicolas Henry, un auteur maison (Wulin) ; il s’agit d’une campagne aux inspirations nordiques, elle aussi en 3 épisodes (si tout va bien…).
  • Squamanngür, la saga de l’Orchidée sauvage, une autre création originale signée du boss (de fin de niveau) Laurent Rambour. Il s’agit d’ailleurs d’un ancien projet de jeu à part entière abandonné puis ressuscité dans ce cadre. Le garçon a de la suite dans les idées. Cette campagne vous entraînera sur une île exotique inspirée du folklore maori, berceau d’un monde en déclin, abritant l’Orchidée-dragon. Cette fleur rare produit la manngür (mana), une essence psychotrope permettant d’entrer en symbiose avec les Squams, les dragons originels, afin de les convaincre d’apaiser la colère de Gaïa. Trois épisodes itou.

Attention, toutefois, ces trois suppléments ne seront débloquer que très progressivement, scénario par scénario, à peu près dans l’ordre ci-dessus. Rien ne garantit donc qu’ils voient le jour, en particulier sous la forme de trois livres physiques distincts (avec à nouveau des couvertures signées Barthélémy). Pour cela, il faudra atteindre 400 % d’une somme de base déjà relativement élevée (10 000 e).

Espérons que cela soit possible.

Si vous même êtes en train de vous demander si ce CF est pour vous, LETO a publié une sorte d’extrait/plaquette de présentation du livre de base. Ce n’est pas un kit de découverte mais un PDF d’une douzaine de pages exposant la proposition de jeu et les bases du système. Surtout, cela donne une bonne idée de la mise en page finale. C’est là : https://f0452b18-32bc-473a-b6a3-38a669c9a1f1.filesusr.com/ugd/81827a_1737832746ae40859f1861aa713b6956.pdf

2 pensées sur “LETO veut devenir Darkmaster à la place des Darkmasters

  • 1 décembre 2021 à 15:01
    Permalink

    Un jeu qui émule l’un des systèmes les plus lourds jamais connus et qui ne peut pas jouer sur la « nostalgie » du jeu d’origine…

    Une plateforme maison…

    Un passif sur les projets précédents tout simplement hallucinant… (Kabbale, Valerian, le retard sur Feng shui…)

    Effectivement, là ce n’est plus un CF mais un acte de foi ^^

    Répondre
  • 2 décembre 2021 à 19:04
    Permalink

    Personnellement je soutiens ce projet. Je n’ai pas été déçu par Wulin qui est vraiment un excellent jeu de rôle tant au niveau du fond que de la forme. L’attente n’est pas un problème pour moi car j’ai toujours trouvé l’éditeur très honnête dans sa communication. Sur ce projet il est épaulé par des collaborateurs et le travail est déjà bien avancé. Par ailleurs ce système de jeu est épuré et il est tout de même loin du rolemaster d’origine dans sa complexité. On a le fun de l’open D100 et ses tables critiques avec une proposition ludique forte (un groupe de héros formant une communauté pour se dresser contre un maitre des ténèbres). Je suis ravi de cette traduction!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *