Lundi/gratuit spécial : souris, c’est du Gulix !

Eh oui, en ce moment, c’est la fête au gratuit sur les Internets alors on enchaîne encore avec un « Lundi spécial » afin  de mettre en avant, juste après Olivier Legrand, les efforts d’un autre chevalier du gratuit : Gulix

—————————————————————————————————————————

Bon, OK, là, avec Mausritter, ce bon Gulix n’a fait que la traduction mais si c’est court, novateur, très accessible et vraiment pas cher, c’est quand même la patte (de souris) Gulix, non ?

Et là, c’est tellement pas cher que c’est gratuit, alors…

Pour le novateur, on peut douter un brin puisque Mausritter supporte à la fois le double handicap d’être un énième jeu OSR (une sorte de clone de Into the Odd, traduit en français par les XII Singes) où on explore de sombres donjons à la recherche de trésors et un jeu où on joue des p’tits machins anthropomorphes (oui, comme Les légendes de la garde et d’autres) équipés d’épée en aiguille et de boucliers en bouton. Mais l’innovation dans Mausritter ne se trouve pas là. Non.

L’auteur de la VO, Isaac Williams, a poussé loin le concept de la petite souris et a décidé de faire tenir tout un jeu complet en… 12 pages A4 (vous pouvez les plier et hop, ça fait un livret tout mignon comme un p’tit rongeur). Alors, je vous venir d’ici : « ouéééé, on les connaît les jeux en une page pleins de trous (de souris) où c’est toi qui fait tout à partir du délire injouable de l’auteur ! ». Et bien là, c’est pas du tout ça. Le jeu est d’une densité à faire pâlir de jalousie un Grümph. En 12 pages, l’auteur fait tenir TOUT ce que certains éditeurs mettraient dans un foulancement et 4 volumes de 400 pages en papier glacé (dont le 4ème sera livré 5 ans plus tard…). Jugez plutôt.

Dans Mausritter, vous trouverez, outre les règles de base des tables pour générer la description physique de votre souris et son passé, des listes d’équipement complètes avec les prix qui vont bien, une liste de sorts, un bestiaire mais aussi, et c’est plus surprenant, des règles pour recruter des suivants, gérer la météo, toute une série de listes pour peupler les hexagones de votre futur bac à sable et même, pour la bonne bouche, une liste de 100 noms de souris pour faire vos PNJ à la volée. Ouf ! Allez, pour la route, je vous rajoute une page de résumé et références qui peuvent faire la base d’un mini-écran. Un écran un volet, quoi.

Alors, évidemment, c’est écrit tout petit (il y a aussi une version 24 pages A4 si vous êtes vieux) et, surtout, cela ne s’encombre pas de détails ni de précautions oratoires. C’est brut de jeu en quelque sorte. Cela ne vous apprendra pas à jouer au JdR. Pas même à bien jouer au JdR façon OSR. En revanche, cela vous montrera par l’exemple comment on fait et, surtout, ça vous donnera envie de le faire tant tout semble simple et rassurant.

Une précision tout de même : y a un truc. En plus du livret, il va vous falloir ajouter, bien entendu, une feuille de PJ mais aussi des petits bouts de machin en papier à découper (3 pages). En effet, une des très bonnes idées de Mausritter est cette gestion physique de l’inventaire : vous allez devoir trouver une place sur votre feuille de perso pour ce bouclier/bouton de rechange et vos 12 rations de fromage. A cela s’ajouter l’imparable bonne idée d’y matérialiser une notion abstraite : les états de fatigue (et autres). Les petits bouts de papier qui représentent la méforme physique de la souris prennent alors la place des pièces d’équipement. C’est tout-en-un : cela sert à la fois à enregistrer l’état et à appliquer sans douleur son effet négatif. Et hop. Cela résume bien l’idée du jeu : concision et efficacité.

Si vous voulez voir ce que cela donne, rappelons que le jeu est gratuit sur l’excellent blog de Gulix, ici : https://www.gulix.fr/blog/2020/05/11/mausritter-en-francais/

Bon, vous aurez aussi remarqué que l’auteur n’a pas poussé le vice jusqu’à inclure une aventure. Cela ne veut toutefois pas dire que cela n’existe pas. Mais, pour cela, il faudra (pour le moment ?) parler anglais et accepter de payer un vil prix ici : https://losing-games.itch.io/mausritter-honey-in-the-rafters

—————————————————————————————————————————

Enfin, puisqu’on parle du blog de de Gulix, c’est pour nous l’occasion d’évoquer une sortie récente, cette fois-ci rayon créations du maître des lieux.

Ce Those Little Towns est un supplément générique regorgeant de tables aléatoires (mais… mais… c’est une manie !!)  pour donner vie à ces petites villes que l’on trouve dans de si nombreuses fictions situées aux États-Unis. Il s’agit de tables calibrées pour des ambiances contemporaines avec peu de fantastique.

Bon, OK, c’est pas du gratuit mais, vous pouvez y aller, c’est du vraiment, vraiment pas cher : https://www.drivethrurpg.com/product/312931/Those-Little-Towns?src=hottest_filtered

Et puis, si vous voulez du gratuit, rappelons une fois de plus que le jeu Escape from Dino island est, lui, toujours en paye-ce-que-tu-veux-gros-rapiat jusqu’à nouvel ordre. Toujours à la même adresse.

https://www.gulix.fr/blog/

—————————————————————————————————————————

Bonne semaine à toutes et à tous. Portez-vous bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *