Boule de Cristallium

On est trop fort, chez le Fix. On arrive régulièrement à lire l’avenir du JdR. Là, par exemple, après m’être concentré bien fort, je peux vous révéler que, prochainement, un nouvel éditeur fera ses premiers pas dans le monde redoutable de l’édition de JdR. Si. Et même qu’il s’appellera Les Éditions du Cristallium. Et toc. Et qu’est-ce qu’ils vont publier ? Oh, ça va, hein, n’abusez pas de mes pouvoirs non plus. Revenons plutôt aux méthodes classiques avec une solide interview du boss de ce nouvel acteur, Vincent.

 

1. Tiens, un nouvel éditeur qui vient nous proposer d’acheter de nouveaux JdR !? Mais à quel moment vous vous êtes dit qu’on n’avait pas déjà assez d’éditeurs et de JdR, en fait ?

EdC : Eh bien je me permettrais de tourner la chose à l’inverse en disant que dans ce milieu en pleine croissance, c’est plutôt une très bonne chose qu’il puisse apparaître de nouveaux éditeurs !! Le JdR connait depuis une quinzaine d’années un renouveau jamais vu, d’année en année on trouve de nouveaux JdR, de nouveaux passionnés, de nouveaux auteurs qui émergent.

Outre les grosses licences bien établies, de même que les grosses maisons d’édition françaises bien implantées, j’ai pu remarquer qu’il y avait une foultitude de jeunes (et moins jeunes) auteurs très talentueux, très ambitieux, et qui portaient seuls leur projet de JdR, des fois depuis longtemps, parfois déjà très aboutis et illustrés. Et qui malheureusement, ont des fois toutes les peines du monde à trouver un écho lorsqu’ils démarchent des éditeurs, dont certains préfèrent se concentrer sur les « grosses licences », et suite à de nombreux retours qui ont pu m’être faits en ce sens lors de conventions, j’ai pu me rendre compte de cet exceptionnel vivier créatif en parti sous-exploité. Par ma démarche, j’espère ainsi donner un nouveau souffle à tout cet élan de création indépendante.

2. Vous laissez entendre que vous voulez publier des jeux « indés » mais des jeux indés chez un éditeur, ce n’est pas antinomique ?

EdC : Tout est question de ligne éditoriale. Certains éditeurs préfèrent miser sur du sûr. Une licence déjà connue et appréciée, prendre le moins de risques possibles. D’un côté, comment les blâmer, particulièrement en ces temps compliqués ? Le revers de ce succès souvent assuré, c’est qu’ils ne daignent pas souvent se tourner vers les petits auteurs sortant de nulle part, qui méritent pourtant autant d’intérêt qu’un gros projet. J’entends donc me faufiler dans ce que je considère comme étant une sorte de brèche dans l’univers éditorial, surtout de la part des grosses maisons d’édition, repérer les nouveaux talents et ainsi me spécialisé dans l’indé, quelque part en tant qu’éditeur indé que, aprés tout, nous sommes également.

3. Votre première production sera Elestria. (…) C’est bien, cela me permet de ressortir ma punchline préférée : oh, chouette, encooooore du JdR medfan !

EdC : Et tu aurais totalement raison !! Bon dans l’absolu, toute occasion de ressortir sa punchline favorite est bonne à prendre. Moi la mienne c’est : « J’en reprendrais bien encore un p’ti peu ».

4. Non mais, sérieusement, pour en revenir plus ou moins à ma question initiale : des JdR medfan, on en a tous des tonnes. Pourquoi ajouter celui-ci à la pile ?

EdC : En effet, du JdR medfan, en veux-tu en voilà. Probablement le genre de JdR le plus répandu, et au passage, le genre initiateur de cette pratique. C’est un peu comme les films d’aventures par exemple : il y en as plein, mais il y en a toujours un que l’on préfère. Beaucoup ont leur petite originalité, que ce soit sur un univers particulier, une époque spécifique, un système à part, ou encore un style graphique très atypique. Mais la plupart se ressemblent quand même de près ou de loin de part leur abord classique, ou traditionnelle de la pratique du JdR. Ton perso qui va avoir ses compétences et qui aura beaucoup de mal à faire ce qu’il ne sait pas faire, des rôles qui souvent ne s’écartent pas trop de la trilogie « tank/heal/dégâts », et qui fait qu’on se retrouve bien souvent à se balader avec le même type de groupe.

Dans Eléstria, on sors complètement de ces schémas classiques. Ce jeu prend un petit peu le JdR traditionnel à contre-pied, dans la mesure où l’essence de ce jeu réside dans la maîtrise complète des éléments qui nous entourent. De ce fait, la plupart des obstacles se retrouvent complètement biaisés. Typiquement, tu dois aller en haut de la montagne sacrée pour y cueillir une fleur sacrée qui pousse que là-bas ? Ou encore aller récupérer le collier de mamie perdu au fond d’un océan ? Pas d’problème, puisque si tu sais respirer sous l’eau ou voler dans les airs, entre autre, en tant qu’adepte des éléments, tu te rends compte que dans Eléstria, les challenges ne proviendront pas des challenges classiques auxquels tu es habitué dans un JdR classique. D’ailleurs, lorsqu’on le présente en festival, on a pris l’habitude de le présenter en tant que « medfan élémentaire ».

De part la maîtrise des éléments, la seule limite que ton personnage va avoir, c’est ton imagination. Et cela donne une réelle synergie de groupe lorsque chacun met en commun sa capacité et rivalisent d’idées en cours de partie, où chacun y va de sa patte en s’inspirant de son élément, cela donne des plans souvent inattendus, mais toujours originaux!! Eléstria, c’est typiquement le genre de jeu où après ta première partie, tu te rends compte après-coup de tout ce que tu AURAIS pu faire, de part ton élément, mais que tu n’y as pas pensé parce que tu auras joué ton perso de manière classique.

5. Bon, soit. Et donc, où en est le développement de ce projet ? Bientôt en foulancement ?

EdC : Le jeu est déjà presque terminé. Il est en développement depuis plusieurs années maintenant, et progressivement illustré par Garnouille_Art, mais est réellement à l’épreuve du grand public depuis début 2020. A vrai dire, les périodes de confinements ont un petit peu précipitées les choses, et ont poussé son auteur à se lancer à l’assaut d’internet et de faire jouer en ligne un maximum de personnes, notamment au travers du serveur discord du jeu (https://discord.gg/MHNGC92 pour les curieux), où des parties découverte sont régulièrement organisées. Une campagne y à même eu lieu.

Pour ce qui est du financement, on est très heureux de confirmer son lancement à partir du 31 octobre 2022, à venir sur GameOn Tabletop. Moult surprises seront alors annoncées à ce moment là.

6. Comment on fait, concrètement, pour débusquer un jeu comme Elestria ? Les conventions ?

EdC : Précisément. J’ai pu faire la connaissance avec Sylvain, l’auteur, il y à 3 ans. On était en plein dans les premiers confinements à ce moment, et j’étais en charge du pôle JdR de Nice Fictions, un festival niçois qui regroupe tout les genres de littérature et de l’imaginaire, et dont le JdR à toujours été une de ses plus grandes activités. J’étais donc en charge du contact avec les auteurs et éditeurs qui voulaient tenir un stand, c’est là que Sylvain m’a contacté et m’a parlé de son projet, que j’ai trouvé tout de suite sympathique et original. De plus, nous avons eu un excellent contact, que nous avons su entretenir par la suite.

Je n’avais pas encore lancé la maison d’édition, mais c’était une idée qui me trottait déjà dans la tête. Parallèlement, je gardais discrètement un œil sur Eléstria, j’avais bien remarqué que son auteur semblait se démener pour être présent dans toutes les conventions où il pouvait aller, que ce soit en distanciel, puis de nouveau en physique lorsque ça à pu être possible. J’ai également pu voir qu’il recevait un excellent accueil de la part du public. Du coup, lorsque j’ai crée l’entreprise, il à été la première personne à qui j’ai proposé d’éditer son jeu.

7. Vous laissez également entendre que vous allez faire de la traduction. Par exemple, citez-moi un jeu récemment publié en VF que vous auriez aimer traduire, vous.

Alors sans hésiter, et concernant les nouveautés à venir, il y à Inferno : Dante’s Guide to Hell, qui est un JdR italien reprenant le folklore de Dante Alighieri (au passage… foncez tout d’suite lire cette merveille qu’est la divine comédie si ce n’est déjà fait !!), et qui sera localisé par nos confrères du studio Agate. C’est un jeu que j’avais déjà repéré en tant que « simple joueur », et je m’étais déjà dis qu’une VF de ce jeu serait une très chouette idée. Quelques mois plus tard, Agate annonçait la chose. Tant mieux pour eux, et personnellement j’ai hâte d’avoir l’objet entre les mains.

Et concernant les jeux de plateaux (parce que oui, on compte bien faire du plateau aussi héhéhé), il y à récemment Overboss, un jeu américain de placement de tuiles dans un univers en pixel-art qui reprend les classiques de l’époque des jeux vidéo du temps des consoles 8 et 16-bits, que j’avais pu avoir à sa sortie US, et pour qui j’ai eu un réel coup de cœur, au point que je finisse par prendre contact avec les auteurs de cette merveille, dans un premier temps pour les féliciter, et avec qui j’ai pu m’entretenir avec eux à propos d’une éventuelle localisation FR. Malheureusement, Lucky Duck Games était déjà passé par là, et un accord était déjà signé. Là encore, tant mieux pour eux, je me secouerais plus tôt pour prendre ce genre de contact la prochaine fois.

8. Et donc, il y a des projets qui se dessinent dans le domaine de la trad’ ?

EdC : Ah je crois qu’on peut dire ça comme ça en effet. Parce que dans les talents émergents, il n’y en a pas qu’en France, mais dans le monde entier, nous entreprenons déjà d’entretenir des contacts avec des éditeurs étrangers, de même qu’avec certains organisateurs de festivals qui développent de leur côté des « zones protos », qui sont des espaces dédiés aux auteurs indépendants, afin qu’ils puissent présenter leur(s) jeu(x). Il y à en effet des pays extrêmement productifs à ce niveau, je pense qu’on aurait vraiment tord de passer à côté de certaines pépites en s’enfermant en quelque sorte, simplement à ce qui se fait en France.

On se tiens donc au courant des nouveaux jeux de ce côté-là, et on est à l’affût de ce qui serait susceptible de retenir notre attention. On est d’ailleurs surpris de l’agréable accueil qu’on à pu avoir lorsqu’on démarche les divers acteurs du milieu dans ce but là. Pour tout te dire, et sans vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué comme on dis, nous sommes d’ailleurs en cours de discussion pour importer des jeux se trouvant sur 2 continents différents… on espère vivement arriver à un accord quant à ces projets que nous estimons sacrément porteurs. Et puis qui sait, pourquoi pas exporter Eléstria si l’occasion se présente partout dans le monde ?

 

https://www.facebook.com/leseditionsducristallium/

https://www.youtube.com/channel/UC2wo9jvcjwEJrTjBjCOmlPg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.