Death in Space, le nouveau Free League workshop se dévoile

Les étoiles de la mort : oui vous ne rêvez pas

Difficile de résister à la tentation de jouer avec les nerfs des fans de SW, mais nous n’allons pas vous parler du JdR dont vous attendez (ou pas) avec impatience des nouvelles/sorties/rééditions/nouveautés (rayez la mention inutile) mais d’un autre JdR de science fiction qui est désormais disponible chez Free League en VO : Death In Space.

Après Medellin place à Stockholm : la nouvelle plaque tournante du JdR ?

Free League continue d’inonder le marché du JdR avec ses jeux tous plus alléchants les uns que les autres mais, à l’exception d’Alien et de L’Anneau Unique v2, les autres tardent il est vrai à nous parvenir en VF malgré les multiples annonces. Cette fois ci entre Alien, Cy-borg et le très attendu Blade Runner nous voici un jeu écrit par Christian Plogfors and Carl Niblaeus pour le collectif Stockholm Kartell.

« Kicédon ? » nous direz-vous. Mais en fait vous les avez déjà croisés puisque ces joyeux lurons, qui comprennent des écrivains, des concepteurs et des idiots (sic) estampillés old-school RPG publiaient jusqu’ici du contenu pour certains jeux et organisaient des manifestations. En 2020, sur leur lancée ils ont « commis » Mörk Borg RPG, Cy_Borg (que Vincent attend avec impatience) et les revoilà avec Death In Space.

Donc nos joyeux lurons de Stockholm Kartell sont allés frapper à la porte du Free League Workshop, le label qui permet à l’éditeur suédois de venir en aide à des éditeurs tiers pour imprimer, publier et distribuer leurs jeux (c’est de là que viennent MÖRK BORG, Into the Odd Remastered et CY_BORG) pour nous proposer cette épopée stellaire.

Oui mais ce qui nous intéresse c’est le jeu

Ok vous avez raison, donc voici le pitch :

Le monde est détruit. Dans un univers qui s’effondre, votre équipage est votre seule famille. DEATH IN SPACE vous emmène dans un futur où il vous faudra mettre les mains dans le cambouis, remplis de risque mais aussi d’opportunité

Bon tel quel on a surtout l’impression d’avoir un jeu de rôle où on joue les Bob le bricoleur intergalactique. Mais rassurez-vous, il s’agit plus ici de survie galactique.

Vous allez donc pouvoir vadrouiller dans l’espace infini (rajouter le fond sonore de Star Trek) à la recherche de quoi vous permettre d’avoir de meilleurs lendemains en évitant d’aller tâter en live la froideur du vide spatial. Enfin espace infini, faut pas exagérer pour le moment il faudra vous cantonner aux planètes et objets qui tournent autour du système Tenebris. Vu la situation autant vous dire que ce n’est pas le Club Med spatial en mode coquillages et crustacés mais plutôt guerre et famine. Donc oui il va falloir jouer les ferrailleurs, voler quelques trucs par-ci par-là et pimper votre chez-vous.

Attention cependant, car vous pourriez aussi vous retrouver avec d’étranges pouvoirs à aller fouiner aux quatre coins de la galaxie et vous n’êtes pas les seuls. Les ressources sont rares et la concurrence féroce et le ton se veut gritty en mode film de science fiction des années 80 passé à la moulinette du western (sic aussi).

Et après tout autant regarder le trailer :

</center

Et puisque l’on parle mécanique

Death In Space puise dans le mouvement OSR donc terrain connu, adapté ici pour être facilement abordable et modifiable selon vos besoins. Malheureusement il va falloir être un peu patient pour que le Fix le décortique. Car victime de son succès le premier tirage est déjà épuisé pour l’Europe, seuls les E.U. et le Canada ont encore des exemplaires physiques. A priori une question d’un mois avant de pouvoir re-fournir. Mais l’avantage est que le PDF est inclus. Donc le livre de base de 128 pages comprend :

  • des règles faciles à mettre en œuvre et à retenir ;

  • de quoi générer rapidement des PJ et leur vaisseau ou station spatiale

  • plus de 60 modules différents pour personnaliser votre chez-vous créé ci-dessus

  • de background sur le système Tenebris, les lieux importants et son histoire

  • des mécaniques de réparation, afin de récupérer des pièces détachées pour réparer votre matos

  • 20 mutations cosmiques, qui représentent les manifestations physiques du vide

  • des mécaniques pour les confrontations spatiales et l’accostage

  • un scénario d’introduction pour lancer votre campagne

  • plus de 40 tables et générateurs pour étoffer votre setting

En ligne il y a aussi une bande son officielle disponible sur les services de streaming classiques qui comprend 90 minutes de musique d’ambiance. Et vous pouvez aussi vous amuser avec le générateur de personnage en ligne : le DEATH-BBS. Oui BBS à l’ancienne pour les vieux comme nous qui ont connu les bulletin boards et autres ordinateurs 8 bits des années 80.

À suivre donc dans le Fix…

Enfin pour celles et ceux qui sont trop pressés et qui veulent tout savoir de Death In Space :

2 pensées sur “Death in Space, le nouveau Free League workshop se dévoile

  • 4 mai 2022 à 19:26
    Permalink

    Je l’ai le DiS.
    Il est vraiment intéressant de par son ton, son ambiance et quelques mécaniques qui semblent sympas (attention, pas encore eu le temps de playtester…).
    Par contre, tout cela me laisse une impression de jeu au potentiel finalement assez limité. Pas facile de voir quoi jouer passé les premières parties de pure survie pour pas finir directement dead in space…

    Et puis les cosmic mutations, bien que « sympas » (disons plutôt « cauchemardesques » !) rendent le jeu étonnement « dark-fantasy » (y a du « dark » donc, mais du « fantasy » quand même, limite grosbill parfois) ce qui est un poil en décalage avec l’aspect « rude et pourri » qui est revendiqué.

    A tester sur la longueur donc (ce que personne ne fera, hein, soyons réalistes !).

    Répondre
  • 6 mai 2022 à 12:30
    Permalink

    Merci pour ton retour. Pour l’aspect durée c’est malheureusement souvent le cas avec des gammes peu étoffées et nos étagères qui ne desemplissent pas. Et il est vrai que lorsque tu investis et t’investis dans une gamme tu préfères que cela soit dans la durée pour éviter de « bosser » pour rien. À voir donc.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.